Certains se demandent ce qu’on fait au Parlement bruxellois. En tout cas le PS est fort actif. Et voici mon bilan de l’année qui se termine. Bonne lecture avant vos vacances!

 

En chiffres:

  PRB -ARCCC PFWB PFB TOTAL
Interpellations 6 4 2 12
Questions 18 23 1 42
Textes 1 2 3 6
TOTAL 25 29 6 60

En contenu:

 

1/ Conflits d’intérêts

Mon travail parlementaire a été marqué cette année par le dépôt et la défense de 3 motions en conflit d’intérêt vis-à-vis de la politique du Gouvernement fédéral. Ceci m’a permis de défendre nos idées au nveau du Sénat pour la première fois. Ainsi j’ai plaidé pour défendre les intérêts francophones et/ou bruxellois quant:

  • au nouveau régime de pension que ce gouvernement fédéral veut imposer à nos enseignements notamment;
  • au contingentement décidé par le Gouvernement Mr-NV-A des numéros Inami  sans tenir compte des spécificités bruxelloises et de la pénurie en marche de médecins généralistes dans nos quartiers ;
  • aux attaques visant à déréguler le marché de l’emploi et aux attaques contre le modèle associatif sur le projet « des 500€ défiscalisés ».

2/ Lutte contre les discriminations

J’ai également continué mon combat contre les discriminations, que ce soit dans l’accès à un logement, à une place en crèche, ou à l’embauche.

Dans le cadre de la discrimination à l’embauche, je suis très FIERE que mon travail aie abouti à faire de cette problématique une priorité du Gouvernement avec comme résultat une première en Belgique : la mise en place des tests de situation et de sanctions pour les entreprises discriminantes!

Ce combat n’est pas fini et il est très important pour moi que cette mesure soit réellement mise en application, sinon on sera uniquement dans l’effet d’annonce ! J’interrogerai le Gouvernement  sur l’évaluation de cette mesure en application depuis le 1er janvier de cette année! Et je vous invite, une nouvelle fois, à déposer plainte auprès d’Unia, du MRAX, d’Actiris ou de votre syndicat si vous vous considérez comme victime d’une discrimination à l’embauche. C’est principalement ça qui va permettre de tester les entreprises et d’avancer!

Dans le cadre de ma lutte contre la discrimination à l’embauche, je suis également satisfaite d’être à l’origine des auditions sur la problématique des équivalences de diplômes. Pour rappel : 43% des demandeurs d’emploi ont un diplôme non reconnu à Bruxelles. Il est temps qu’on trouve des solutions ! Cela avance un peu.

Je continue de lutter contre la discrimination à l’embauche, véritable fléau dans notre Région!

 3/ Santé

J’aimerais ici mettre en avant mon travail sur deux problématiques importantes à mes yeux :

  • Les perturbateurs endocriniens et leur impact sur la santé ;
  • Notre politique de vaccination.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques (souvent des dérivés du pétrole) qui bousculent nos hormones et entraînent de graves problèmes de santé (diabète, cancers, etc), en particulier chez les enfants (troubles du développement! ) et les femmes enceintes. Un véritable poisson contre lequel nos gouvernements peinent à appliquer le principe de précaution. Face à cette urgence sanitaire, je n’ai cessé d’interpeller les Ministres compétents pour qu’ils prennent leurs responsabilités sans rejeter la faute sur d’autres nveaux de pouvoir.

En enfance, par exemple, nous pouvons déjà agir en excluant ces produits de nos crèches et en organisant des campagnes de sensibilisation à destinations des parents…

Face à cette urgence sanitaire donc, nous pouvons agir. Chaque entité doit prendre ses responsabilités face à cette urgence sanitaire! Je ne lâcherai rien !

Pour la vaccination, mon travail porte ces fruits. Cette année nous avons constaté des épidémies de maladies pour lesquelles des vaccins existent et sont recommandés, par exemple la rougeole, qui a refait des centaines de morts en Europe cette année. Nous devons donc constater que notre politique de vaccination fait défaut aujourd’hui.

Face à ce constat mais aussi à la montée en puissance des lobbies anti-vaccins, j’ai notamment plaidé pour une meilleure sensibilisation  et particulièrement des personnes à risque, une meilleure connaissance des taux de couverture vaccinale, une réelle politique de vaccination à Bruxelles,…

Mon travail a abouti notamment :

  • à l’organisation d’une campagne de sensibilisation à la vaccination en 2019 (la question de la sensibilisation et des actions de prévention auprès des publics à risque reste posée) ;
  • la réalisation d’une étude sur la couverture vaccinale en fédération Wallonie-Bruxelles en incluant Bruxelles (ce qui n’était pas gagné)
  • au vote d’une résolution pour la mise en place d’une coordination bruxelloise pour la politique de vaccination.

J’ai par ailleurs continué de travailler sur :

  • le manque de médecins généralistes dans nos quartiers, en interrogeant à Bruxelles et en Communauté française sur les mesures prises pour faire face à cette problématique ;
  • Les inégalités de santé à Bruxelles ;
  • l’avenir des maisons médicales, en lien avec le projet de la ministre fédérale Maggie De Block d’adapter le forfait ;

Je suis très satisfaite aussi d’avoir travaillé à la mise en place du dépistage systématique de la mucoviscidose, qui prendra place rapidement.

 4/ Enfance

En matière d’allocations familiales tout d’abord, je suis très fière d’avoir défendu un modèle très redistributif, qui a finalement été choisi. Ce nouveau modèle va permettre à 70% des familles bruxelloises dès le 1er janvier 2020 d’avoir un montant plus élevé d’allocations familiales, tandis que les autres familles ne perdront rien!

Un autre sujet sur lequel je suis très heureuse d’avancer enfin, c’est le travail que je porte depuis plus de trois ans suite à la mort d’un enfant dans une crèche non contrôlée à Bruxelles. Cette année a en effet vu, grâce à mon travail, la fermeture de toutes ces crèches connues qui fonctionnaient sans contrôle! Car la sécurité dans nos milieux d’accueil reste une priorité. Une avancée donc même si le cadre légal pour les « nouvelles » crèches bicommunautaires n’est pas encore finalisé. Et si les contrôles posent toujours questions, tant sur leur nature (contrôle inopiné ou on) que sur leur fréquence. Il y a encore beaucoup de travail dans ce domaine! La sécurité de nos enfants est à ce prix!

L’accès à un milieu d’accueil pose également question. J’ai plaidé et plaiderai encore pour que face au manque de places, on arrive à une transparence totale dans les procédures d’inscription. Malgré le soutien de la Ligue des Familles notamment, aujourd’hui, je ne suis toujours pas entendue. Le combat continue…

Pour finir, sachez que je continue aussi mon travail sur :

  • La réforme des milieux d’accueil, qu’on attend toujours;
  • Les statuts des accueillantes ;
  • La santé à l’école ;

5/ Associatif

Sous les coups de boutoir de la NVA plusieurs réformes touchent le monde associatif en ce moment. Je ne reviens pas ici sur la motion en conflit d’intérêts que j’ai déposée au projet du Gouvernement fédéral sur les «  500€ défiscalisés ». Projet qui risque de mettre à mal tout notre modèle associatif, et d’entraîner une importante dérégulation de l’ensemble du marché du travail ! A droite toute…

Mais cette haine du Gouvernement fédéral contre le monde associatif  se révèle encore dans un autre de leurs projets : l’inclusion des asbl dans le code des entreprises. La volonté du gouvernement fédéral est ici de supprimer la loi 1921 sur les asbl.  On supprimerait  la différence entre les asbl et les sociétés commerciales. Les asbl seraient donc intégrées dans le droit classique des sociétés. C’est potentiellement la destruction du statut d’asbl. C’est inacceptable pour moi. Et je continuerai dans les Parlements au je siège à soutenir le monde associatif.

Je suis également très attentive à la réforme des ACS qui aura un impact réel sur nos associations et ns administrations. Pour rappel, on parle de 9.945 postes. Dossier à rebondissements, on en est aujourd’hui à l’idée d’une petite réforme qui stabiliserait beaucoup les ACS des pouvoirs locaux et tendrait à une forme de simplification administrative pour l’associatif (passage d’un versement mensuel de la prime à une base semestrielle). Je continue de suivre le dossier.

Dans une société toujours plus dure et plus aliénante, nous avons plus que jamais besoin d’un secteur associatif fort, différencié, porté par des citoyens engagés. C’est pourquoi les initiatives de la NVA, populiste, qui hait les corps intermédiaires et la citoyenneté active, doit être combattue. Nos valeurs, notre travail, notre engagement en dépendent.

6/ Nos ainés

Cette année, je souhaite mettre également en avant mon travail relatif aux besoins de nos aînés.

J’ai notamment interrogé sur notre politique de maintien à domicile et sur la mise en péril par le gouvernement fédéral d’un projet bruxellois de soutien des personnes âgées fragilisées, le projet Dionysos. Dionysos c’est un projet pilote qui a 8 ans et:

  • C’est plus de 1.000 personnes âgées fragilisés qui ont été soutenues ;
  • C’est plus de 1.000 de nos ainés à qui on a redonné la parole ;
  • C’est plus de 1000 de nos aînés dont les proches, le réseau et les soignants ont été soutenus ;

Avec quels résultats?

  • une meilleure utilisation des soins de santé;
  • un moindre recours aux services d’urgences;
  • une diminution des dépressions;
  • une meilleure utilisation des soins de première ligne;
  • une meilleure adaptation lors de l’intégration au sein d’une maison de repos.

Aujourd’hui, je travaille toujours à la recherche de solution pour ces professionnels engagés et nos aînés. A suivre…

7/ La colonisation belge et ses crimes

Encore ici un sujet de satisfaction du travail accompli. Le 29 mars dernier, la Belgique a reconnu la ségrégation ciblée dont les métis ont été victimes sous l’administration coloniale du Congo belge, ainsi que la politique d’enlèvements forcés. Ce combat avait débuté au Parlement francophone bruxellois où je suis lourdement intervenue pour avancer en tant que cheffe de groupe du Parti Socialiste. Ainsi je suis très heureuse d’avoir porté ce combat dans tous les Parlements où je siège et que celui-ci aie abouti à la reconnaissance. Pour toutes ces victimes et leurs familles!

Je reste cependant insatisfaite du traitement de notre histoire coloniale et de ses crimes dans notre enseignement. Cette histoire est souvent absente des cours. Et quand elle est enseignée, elle peut être sujette à critique. Aujourd’hui, malheureusement, je dois rester dans l’attente des résultats du futur pacte d’excellence.  Quand on sait qu’à un moment, on a pensé à faire disparaitre le cours d’histoire, je ne suis pas rassurée. Je resterai très attentive sur cette problématique. C’est notre histoire, nous devons la connaître !

8/ Rapport entre Région, Communautés et Molenbeek:

Dans ce cadre, j’ai particulièrement porté mon travail sur 3 problématiques  :

  • La rénovation du tunnel Léopold II. Il est important pour moi que ce ne soit pas les Bruxellois, et les Molenbeekois en particulier, qui souffrent le plus des conséquences de la fermeture de ce tunnel fortement utilisé par les navetteurs flamands. Il est très important de limiter les nuisances au maximum et de partager les efforts à fournir, en particulier avec la Région flamande. Je reste très attentive !
  • La fermeture d’une école à Molenbeek. Cette fermeture reste entourée d’un flou artistique entretenu par la majorité à Molenbeek. Il semble que du côté de la Fédération Wallonie-Bruxelles, aucune demande de subsides pour rénovation n’ait été introduite par la commune.  Alors que les raisons invoquées sont justement le besoin de rénovation du bâtiment… La question du pourquoi de cette fermeture reste posée. Nous avons découvert au conseil communal avec effroi qu’une demande de permis d’environnement par la majorité MR-CDH-Ecolo ait été déposée en 2013 pour installer sur le site de l’école… 2 salles de spectacle !?! A suivre…
  • La rénovation d’une salle de sport à Molenbeek. Une rénovation plus que nécessaire vu l’état lamentable du bâtiment, particulièrement au niveau de moisissures et de leurs conséquences sur la santé des enfants. La majorité communale accusait la Région du retard dans la réalisation des travaux.  Après avoir interrogé le Gouvernement, il est avéré que c’est la commune qui est clairement en défaut: la commune n’a pas rempli le dossier pour recevoir des subsides alors même que la Région, elle, avait prévu les budgets pour cette rénovation. A suivre aussi…

Quelle année!!! (fière 😉 ) A l’année prochaine!